shadow

 

Cerna

Mme le Pr Chirstina Cerna

Le professeur de droit de l’université de Georgetown , Mme Christina Cerna, affirme que le plus haut organe des droits de l’Homme de l’ONU a « tué » sa candidature au poste d’expert sur la Palestine – alors qu’elle avait été désignée par un comité consultatif de 5 membres – parce qu’elle n’était pas partiale à l’instar de William Schabas, qu’ont choisi les 47 pays membres du Conseil pour présider sa commission d’enquête sur Gaza.

«Au début de cette année, j’ai été choisie comme candidate de consensus du Comité consultatif pour le poste de rapporteur spécial de l’ONU sur les territoires palestiniens occupés» a écrit Mme Cerna dans un commentaire sur le blog de ​​la Revue européenne de droit international, « mais, l’Organisation de la coopération islamique et la Ligue des États arabes s’y sont toutes les deux officiellement opposées, ce qui a écarté ma candidature.»

«Ils m’ont rejetée … parce que je n’avais jamais dit quoi que ce soit de pro-palestinien, je n’étais donc pas connue pour être ” suffisamment partiale” pour gagner leur soutien. Le candidat qu’ils ont officiellement soutenu  a été considéré comme partial en leur faveur. »

«Aucun autre mandat des procédures spéciales n’est ainsi faussé”, écrit Mme Cerna, qui est le principal spécialiste des droits de l’Homme à la Commission interaméricaine des droits de l’Homme.»

«À mon avis Israël a un statut unique au Conseil des droits de l’Homme. L’impartialité n’est pas une exigence du Conseil pour la nomination des experts quand il s’agit d’Israël.»

De manière significative, l’ancien meilleur candidat pour le poste de rapporteur spécial du CDH pour les droits de l’Homme en Palestine a déclaré que William Schabas a été choisi pour diriger l’enquête sur Gaza précisément à cause de ses déclarations partiales :

«Je ne pense pas que William Schabas aurait pu être choisi pour diriger, ” l’enquête indépendante “, s’il n’avait pas fait les observations qu’il avait faites à propos de Netanyahu.»

Mme Cerna se joint maintenant à de nombreux autres juristes et militants des droits de l’Homme qui croient que le mandat de William Schabas est incompatible avec le principe de l’impartialité.

Traduit par Observatoire du Moyen-Orient

Author

zadmin

Related Posts