Presentation of Credentials by Saudi Arabia in Geneva
À gauche: Faisal Trad, Ambassadeur de l’Arabie Saoudite à Genève, été élu Président du groupe d’experts du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies en charge de la nomination des experts indépendants.
À droite: Michael Møller, Directeur Général de l’Office des Nations Unies à Genève.
GENÈVE, le 21 Septembre 2015 – Le Ministre français des Affaires Étrangères Laurent Fabius et la Haute Commissaire de l’Union Européenne Federica Mogherini devraient condamner l’élection, et travailler à son annulation, de l’Arabie Saoudite au post clé de Présidente du groupe d’experts du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, en charge de sélectionner les hauts fonctionnaires qui élaborent les normes internationales des droits de l’homme et rendent compte des violations des dites normes dans le monde entier, a déclaré UN Watch, une organisation non-gouvernementale de protection des Droits de l’Homme  basée à Genève.

« Il est scandaleux que les Nations Unies aient désigné un pays qui a décapité plus de personnes que ISIS cette année pour être Président d’un groupe clé d’experts des droits de l’homme », a déclaré le Directeur Exécutif de UN Watch Hillel Neuer. « Les Pétro-dollars et la politique l’ont emporté sur les droits de l’homme ».

« L’Arabie saoudite a le pire dossier dans le monde quand on en vient à la liberté de religion et aux droits des femmes, et continue d’emprisonner le blogueur innocent Raif Badawi », a ajouté Neuer.

« Cette nomination des Nations Unies résonne comme si on nommait un pyromane comme chef du service des incendies de la ville, et souligne le manque de crédibilité d’un conseil des droits de l’homme qui compte déjà la Russie, le Cuba, la Chine, le Qatar et le Venezuela parmi ses membres élus ».

Selon les documents du CDHNU obtenus par UN Watch, l’Arabie Saoudite a été désigné pour diriger un groupe d’Ambassadeurs de 5 membres, connu sous le nom du groupe consultatif, qui a le pouvoir de sélectionner des candidats du monde entier, à 77 postes traitant des mandats par pays et des mandats thématiques relatifs aux droits de l’homme.

« Les Nation Unies décrivent souvent ces experts comme les ”joyau dxe la couronne” de son Conseil des droits de l’Homme, pourtant l’organisation mondiale a tout simplement sapé sa légitimité en désignant une théocratie fondamentaliste qui opprime les femmes et les minorités pour présider la commission chargée de la nomination des experts ».

L’Arabie Saoudite réélue au sein de groupe clé

Un rapport des Nations Unies en date du 17 septembre indique que Faisal Trad, l’envoyé de l’Arabie Saoudite auprès du CDHNU, a été désigné pour présider le groupe d’experts chargé de prononcer des nominations au cours de la 30e session du Conseil, qui a débuté lundi et qui durera encore deux semaines. L’Ambassadeur saoudien a été élu à ce poste avant la récente session de Juin 2015, pourtant les diplomates à Genève ont choisi de garder le silence, et cette première élection ne fut jamais dénoncée jusqu’à présent.

Accord pour abandonner l’offre de la présidence de l’Arabie Saoudite ?

Neuer s’est inquiété du fait que le poste ait été remis aux saoudiens dans une entente secrète, en échange de l’abandon de la candidature controversée du régime pour devenir Président de l’ensemble conseil de 47 nations. « Je demande instamment à l’Ambassadeur Power et au Haut Commissaire Mogherini de confirmer que ce n’est pas le cas », a-t-il déclaré.
Riyad a abandonné l’idée de la conquête de la présidence du Conseil en Juin suite à la campagne de protestation de UN Watch, couverte par les journaux du monde entier.

Les États Unis et l’Union Européenne sont restés silencieux lorsque l’Arabie Saoudite a été élue au sein du CDHNU en 2013

« Nous ne pouvons pas oublier que les Etats-Unis et l’Union Européenne ont refusé de prononcer un discours de protestation lorsque nous les avons exhortés, en collaboration avec les dissidents saoudiens, à s’opposer à l’élection de la monarchie en 2013. C’est triste que dans notre monde le pétrole continue de l’emporter sur les principes essentiels des droits de l’homme ».

« C’est déjà assez mauvais que l’Arabie Saoudite soit membre du conseil, mais que les Nations Unies aillent jusqu’à nommer le régime au poste de Président d’un groupe clé d’experts c’est tout simplement remuer le couteau dans la plaie pour que les dissidents en rient dans les prisons saoudiennes, tout comme l’activiste Raif Badawi ».

Screen Shot 2015-09-20 at 4.03.44 AM

Ci-dessus : La femme de Raif Badawi, Ensaf Haidar recevant le « Courage Award » édition 2015 du sommet de Genève au nom de son époux, prisonnier politique en Arabie Saoudite, qui lui a été remis chez elle à Sherbrooke, au Quebec, par le Directeur Exécutif de UN Watch Hillel Neuer, le 6 juillet 2015.

Ensaf wife of Raif Badawi and Hillel

Ci-dessus : Ensaf Haidar, la femme du bloggeur saoudien emprisonné Raif Badawi, a critiqué aujourd’hui l’élection de l’Arabie Saoudite au post de Président du groupe d’experts du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, en disant que la décision est « comme un feu vert pour recommencer à fouetter Raif Badawi !

 

Author

unwatch

Related Posts