Jan. 29, 2012
Les Observateurs
Philippe Barraud

Grâce à Wikileaks et aux relais diplomatiques et médiatiques donnés à ses fameux «câbles», on apprend que depuis dix ans, les responsables du Programme alimentaire mondial (PAM) dénoncent auprès du Secrétaire général de l’ONU à la fois l’incompétence, et les agissements politiques de Jean Ziegler, ancien Rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation, qui auraient entravé la lutte de l’ONU contre la faim.

Selon le PAM, ces agissements ont entravé la lutte de l’ONU contre la faim et donc, contribué à aggraver la situation des affamés. On reproche en particulier à Ziegler ses attaques systématiques contre les Etats-Unis, Israël, les multinationales et le système capitaliste, qui ont gravement dissuadé les donateurs qui, seuls, permettent au Programme alimentaire mondial de venir en aide aux affamés.
Le Secrétaire général d’alors, Kofi Annan, n’a jamais répondu. En octobre dernier, c’est son successeur, Ban Ki-moon, qui a été saisi d’une demande de destitution immédiate de Jean Ziegler de tous ses mandats onusiens.

Des déclarations «profondément immorales»

Le 24 octobre 2002, le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), James Morris, écrit au Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, pour l’avertir que le Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation, Jean Ziegler, compromet gravement les efforts du PAM dans sa lutte contre la faim dans le monde. M. Morris cite en particulier le cas de l’Afrique du Sud, et dénonce des déclarations publiques malheureuses du rapporteur spécial, «au détriment des efforts de l’ONU.»

Jean Ziegler, accuse le PAM, «rend la tâche du PAM plus difficile s’agissant d’aider les gens qui doivent faire faire valoir leur droit à l’alimentation dans les situations d’urgence.» On reproche également au sociologue genevois de «faire de la politique avec l’assistance», et d’avoir fait des déclarations «profondément immorales» et «sans scrupules».

Selon le PAM, «la politique clairement provocatrice menée par M. Ziegler a eu un impact négatif sur la vie de ceux qui ont faim». De plus, poursuit le PAM, «les déclarations publiques de M. Ziegler et les rapports qu’il a soumis au Secrétaire général témoignent d’un sérieux manque de compréhension de l’économie et des particularités des situations alimentaires dans les régions qu’il prétend analyser au nom du Haut Commissaire.»

Mon ami Kaddhafi

Des faux-pas successifs ont conduit le PAM à demander – en vain – la destitution de Jean Ziegler de son mandat de rapporteur spécial entre 2002 et 2008. Il y a notamment ses déclarations personnelles contre les OGM, prononcées comme s’il parlait au nom de l’ONU; on lui reproche également d’avoir fait des déclarations gravement contre-productives à propos de la Corée du Nord, et d’avoir fait de la propagande en faveur du régime Kaddhafi, en fondant, gérant et… recevant lui-même le «Prix international Muammar Kaddhafi pour les droits de l’homme.»

La famine plutôt que les OGM: Ziegler torpille l’ONU et l’OMS

Revenons sur quelques-uns des reproches faits à Ziegler par James T. Morris, dans sa lettre du 24 octobre 2002. Dans une déclaration publique relayée par l’agence Reuters – qui a confirmé plus tard l’authenticité des propos tenus – Jean Ziegler mettait en cause la position commune adoptée par les Nations Unies et le directeur de l’Organisation mondiale de la santé au sujet des aliments génétiquement modifiés (GM/biotech).

Selon M. Morris, la dépêche de Reuters donnait à penser que Ziegler s’exprimait au nom de l’ONU, ce qui ne pouvait pas être le cas. De plus, il l’a fait «sans citer aucune autorité scientifique. étude ou rapport. La dernière chose dont nous avons besoin en Afrique du Sud, ou n’importe où dans ce domaine, écrit encore le directeur du PAM à Kofi Annan, c’est qu’une personne dont les qualifications relèvent de la sociologie et du droit porte un jugement sur les compétences scientifiques de l’OMS ou d’autres institutions.»

Cette attaque de la politique de l’ONU et de l’OMS, venant d’un rapporteur spécial appointé par l’ONU, ne passe pas. Morris poursuit: «M. Ziegler croit-il sérieusement que si les OGM sont bannis de l’aide alimentaire, plus personne n’aura faim, alors qu’environ 70% de toute l’aide alimentaire provient de pays où le maïs et le soja sont très souvent d’origine OGM, et que 60% à 70% des aliments transformés contiennent des produits issus de la biotech ?»

Faux-pas en Corée du Nord: les enfants trinquent

M. Kofi Annan, qui a reçu beaucoup de courrier à propos de Jean Ziegler – et n’en a rien fait, comme on le verra plus loin – avait été alerté plus tôt par celle qui dirigeait le Programme alimentaire mondial avant James T. Morris, Catherine Bertini. Celle-ci avait alerté le Secrétaire général au sujet d’une déclaration pour le moins surprenante de Ziegler: celui-ci aurait affirmé que l’aide alimentaire à la Corée du Nord était détournée par les militaires; parallèlement, il aurait approuvé le retrait d’ONG telles que Médecins sans frontières, sous prétexte que le gouvernement refusait l’accès sans restrictions aux délégués des ONG à toutes les parties du pays. «Nous sommes d’accord qu’un accès sans restrictions doit rester l’objectif commun de tous les humanitaires oeuvrant en Corée du Nord, mais faire de la politique avec l’assistance est profondément immoral.»

D’une manière générale, les engagements politiques d’extrême-gauche de Jean Ziegler, et ses attaques constantes contre les Etats-Unis, compromettent manifestement les efforts du PAM pour lever des fonds. James T. Morris écrit à Kofi Annan que «la politique clairement provocatrice menée par M. Ziegler a eu un impact négatif sur la vie des affamés: les donateurs ont certainement remis en cause le Programme alimentaire mondial après ses interventions sur la Corée du Nord et l’Afrique du Sud. En fait, comme vous le savez bien, nous continuons à avoir des difficultés à trouver des ressources pour la Corée du Nord, si bien que nous avons récemment été forcés de réduire des rations alimentaires de 3 millions d’enfants et de personnes âgées. (…) M. Ziegler croit-il vraiment que ses attaques publiques répétées contre les institutions de Bretton Woods et les multinationales vont les encourager à coopérer avec les Nations Unies pour promouvoir le droit à l’alimentation?»

M. Morris concluait sa lettre en soulignant que tant d’autres personnes, talentueuses, responsables et généreuses feraient un travail bien meilleur que celui de Ziegler comme Rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation, des gens «dont la carrière a démontré un réel engagement, non pas pour la publicité, mais pour trouver des solutions à la sous-alimentation chronique qui affecte encore et toujours la vie de tant de gens parmi les plus pauvres.»

Ban Ki-moon interpellé sur le cas Ziegler

On l’a dit, Kofi Annan n’a pas bronché malgré les alertes lancées par le Programme alimentaire mondial, et Ziegler est resté en place, semant allègrement la zizanie sur son passage. Comme par exemple lorsqu’il a comparé les conditions de vie à Gaza aux camps de concentration nazis. Le successeur de Kofi Annan, Ban Ki-moon – que Ziegler a qualifié de «rond-de-cuir» – sera-t-il plus sensible au tort que le Genevois fait à l’ONU, aujourd’hui encore puisqu’il est vice-président du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies?

Le 24 octobre 2011, il a été saisi d’une lettre du président de UNWatch, une ONG indépendante en faveur des droits de l’homme basée à Genève. Depuis des années, celles-ci documente la manière dont Ziegler a abusé de sa position de Rapporteur spécial pour faire de la politique, laquelle se résume à attaquer sans cesse les Etats-Unis et Israël, mais jamais les dirigeants de pays pauvres accablés par la faim en raison de la politique de leurs dirigeants. Voir le document: «Jean Ziegler’s Campaign Against America».

Le successeur de Ziegler également visé

Dans la lettre de UNWatch à Ban Ki-moon, le directeur exécutif de UNWatch, Hillel C. Neuer, écrit: «Monsieur le Secrétaire général, nous vous écrivons au sujet des révélations alarmantes faites par Wikileaks, selon lesquelles le Programme alimentaire mondial a écrit plusieurs lettres urgentes à votre prédécesseur (Kofi Annan.-Réd.), l’avertissant que Jean Ziegler, membre du Conseil des droits de l’homme de l’ONU chargé du combat contre la faim, s’était engagé dans des actions «profondément immorales» et une politique «provocatrice» qui a mis en danger la vie de millions d’affamés à travers le monde.»

«Nous vous demandons:

D’ouvrir une enquête internationale et indépendante pour déterminer qui, à l’intérieur des Nations-Unies, était au courant de ces avertissements documentés, et pourquoi rien n’a été entrepris pour écarter M. Ziegler, afin d’éviter qu’il continue à menacer l’existence de populations souffrant de la faim.
D’exiger la démission immédiate de toutes ses fonctions auprès de l’UNHRC (United Nations Human Rights Council), en particulier celles liées à l’alimentation.
De prendre des mesures pour s’assurer que le successeur de M. Ziegler, Olivier de Schutter, ne suive pas le même chemin.»
Or selon UNWatch, M. De Schutter semble précisément suivre fidèlement la «ligne Ziegler», en refusant de mettre la lumière sur des pays où la faim sévit gravement, comme le Burundi, l’Ethiopie, le Kenya, la Somalie, le Soudan et le Zimbabwe.

M. De Schutter préfère consacrer sa visite d’Etat spéciale de 2012 au… Canada ! Et rédiger un rapport très favorable au gouvernement syrien, tout en dénonçant l’occupation israélienne du Plateau du Golan, décrite comme l’un des trois défis majeurs de la Syrie en matière de lutte contre la faim.

«Il y a des millions de personnes qui ont faim dans le monde. Ils ont besoin de l’aide d’urgence des Nations-Unies, pas de provocations politiques», conclut le directeur de UnWatch.

Original URL: http://www.lesobservateurs.ch/politique/jean-ziegler-meilleur-ennemi-des-affames#

Author

Ezequiel

Related Posts