À la veille de la session de défense des droits de l’homme de l’ONU, la coalition mondiale des dissidents mettra en lumière les situations urgentes relatives aux droits de l’homme et appellera à l’action

GENÈVE, le 16 février –  Une coalition de 20 groupes non gouvernementaux de défense des droits de l’homme a annoncé aujourd’hui que le blogueur saoudien et militant des droits de l’homme, Raif Badawi, condamné à 10 ans de prison et à 1 000 coups de fouet pour avoir « insulté l’Islam » en créant un site Web pour les libéraux saoudiens, a été choisi en tant que récipiendaire du prestigieux Prix du courage du Sommet de Genève 2015. L’année dernière, le prix avait été décerné à l’avocat non voyant chinois Chen Guangcheng.

« Je suis très heureux d’apprendre cela », a indiqué Ensaf Haidar, l’épouse de Badawi qui vit désormais au Canada et qui acceptera le prix par vidéo lorsqu’il sera remis la semaine prochaine au cours d’une cérémonie en présence de délégués de l’ONU, de militants des droits de l’homme et de journalistes, le mardi 24 février 2015, lors du 7e Sommet de Genève pour les droits de l’homme et la démocratie qui se déroule tous les ans. (Voir la liste des orateurs ci-dessous.)

La coalition d’ONG honore Badawi « pour avoir inspiré le monde avec son extraordinaire courage dans la défense de la liberté et des droits universels de l’homme ».

La conférence réunira des militants de renom, d’anciens prisonniers politiques et victimes provenant de Chine, de Russie, d’Iran et de beaucoup d’autres régions névralgiques en matière des droits de l’homme, qui chercheront tous à influencer les ministres des affaires étrangères se réunissant à proximité, quelques jours plus tard, pour ouvrir la session annuelle du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Le 9 janvier, Badawi a reçu les 50 premiers coups de fouet et devait recevoir le reste sur une période de 19 semaines. Après l’indignation internationale, il a été épargné chaque vendredi depuis lors, mais il reste en prison. Le prince Charles a abordé le sujet de la situation difficile de Badawi avec le roi d’Arabie saoudite la semaine dernière.

L’Arabie Saoudite est membre du CDH mais n’a été jamais inquiétée

Présenter l’histoire de la flagellation brutale d’un militant des droits de l’homme par l’Arabie saoudite aux portes du CDH est particulièrement important, étant donné l’adhésion peu judicieuse de l’Arabie Saoudite au conseil des 47 nations.

L’arrestation et la condamnation de Badawi sont survenues à la suite d’une campagne de répression contre toute dissidence à travers le royaume. Son crime était d’avoir créé un blog appelé « Libérez les libéraux saoudiens » qui encourage la libre discussion au sujet de l’Islam et de son rôle dans le pays.

Il n’y a jamais eu de résolution du CDH concernant la situation des droits de l’homme en Arabie saoudite, en dépit d’avoir l’un des pires records au monde en matière de liberté religieuse et d’autres droits fondamentaux. Au lieu de cela, l’Arabie saoudite occupe un siège de puissance et d’influence en tant que membre élu du CDH.

L’Internationale libérale salue le prix

« En tant que co-hôte du Sommet de Genève, l’Internationale libérale est heureuse de joindre ses forces à celles de UN Watch et de 18 autres ONG, afin de continuer à se battre pour la libération de Raif Badawi », a indiqué Markus Loening, président du Comité des droits de l’homme de L’Internationale libérale et ancien commissaire aux droits de l’homme du gouvernement allemand.

« Raif Badawi a fait preuve d’un énorme courage personnel dans son combat pour la valeur libérale la plus fondamentale : la liberté d’expression. Ce qu’il a fait dans la plus périlleuse des conditions.

Il doit savoir qu’il n’est pas seul dans sa lutte contre la suppression des libertés fondamentales en Arabie Saoudite et j’espère que cette récompense sera reconnue comme un symbole de l’importance de la tolérance dans n’importe quelle société. Pour que l’oppression prospère, la dissidence doit simplement rester silencieuse. »

Sommet de Genève : rassemblement unique de héros des droits de l’homme

Pour les journalistes, le Sommet de Genève de la semaine prochaine offre une occasion unique d’entendre et d’interviewer les défenseurs des droits de l’homme de premier plan, beaucoup d’entre eux ayant personnellement souffert d’emprisonnement et de torture.

Les témoignages convaincants et frappants inciteront les délégués du CDH à ne pas laisser la politique prendre le dessus sur les pleurs des victimes des droits de l’homme.

Les autres orateurs seront :

  • Alex Chow et Lester Shum, Leaders étudiants du mouvement de protestation de Hong Kong
  • Saa, Écolière nigérienne qui s’est échappée de Boko Haram
  • Pierre Torres, Journaliste français pris en otage par ISIS pendant 10 mois
  • Yavuz Baydar, Journaliste turc
  • Mustafa Nayyem, Député ukrainien, journaliste, initiateur des manifestations de Maydan
  • Maria Baronova, Militante russe des droits de l’homme
  • Tamara Suju, Avocate vénézuélienne des droits de l’homme
  • Yeon-Mi Park, Réfugié nord-coréen de 21 ans
  • Ashiq Masih, Mari d’Asia Bibi, condamnée à mort au Pakistan pour blasphème
  • Masih Alinejad, Journaliste iranienne indépendante
  • Dicki Chhoyang, Administration centrale tibétaine
  • Il Lim, Réfugié nord-coréen et ancien esclave ouvrier
  • Maria Corina Machado, Chef d’opposition vénézuélienne
  • Juan Francisco Sigler Amaya, Militant cubain des droits de l’homme
  • Manuel Cuesta Morua, Leader dissident cubain
  • Javier El-Hage, Avocat général, Fondation des droits de l’homme
  • Fouzia Elbayed, Député marocain, Comité des droits de l’homme de l’Internationale libérale
  • Yang Jianli, Ancien prisonnier politique chinois, survivant du massacre de la place Tiananmen, président d’Initiatives for China
  • Ladan Boroumand, Fondation Abdorrahman Boroumand pour les droits de l’homme et la démocratie en Iran, membre du Comité de coordination du Mouvement mondial pour la démocratie
  • Subhas Gujadhur, Directeur, Universal Rights Group

Maintenant dans leur septième année, les conférences annuelles du Sommet de Genève ont bénéficié d’une très large couverture médiatique par les principaux journaux et agences de presse, mais également par les stations de télévision et de radio.

– Des vidéos des témoignages d’orateurs précédents sont disponibles sur www.genevasummit.org.

– L’admission au sommet de cette année, le 24 février 2015, est gratuite pour le public et les médias, mais une inscription est obligatoire. Pour des informations concernant l’inscription, le programme et les horaires, veuillez visiter www.genevasummit.org.

– Pour les demandes de cartes de presse, d’interviews ou autres, veuillez contacter : Leon Saltiel, coordonnateur, secretariat@genevasummit.org.

Author

zadmin

Related Posts