Donate Now  |  Take Action  |  Sign Up
 

About Us
 
Our Work
 
Issues in Focus
 
Media Center
 
Press Releases
 
UN Watch in the News
 
Take Action
 
Sign Up
 
Contact Us
 
Internships
 
Donate
 
En français
 
En español
 
       בעברית
 



 

 

  

UN Watch in the News

UN rights official urge US, Canada, Israel to join anti-racism meeting

En français

En Español

Agence France Presse
September 8, 2008

The UN's top human rights official on Monday urged the United States, Israel and other countries to reconsider a threatened boycott of an international anti-racism conference next year.

The conference next April is intended to be a follow-up from a controversial conference held in Durban in 2001 which ended in acrimony amidst accusations of anti-Semitism.

The United States, Israel and Canada have all said they will boycott next year's conference.

"I urge those governments that have expressed an intention not to participate in the conference to reconsider their position," said new UN Human Rights Commissioner Navanetham Pillay, in a maiden address to the Human Rights Council.

She acknowledged that some countries had concerns about the anti-racism conference, but said: "I do not believe that 'all or nothing' is the right approach to affirm one's principles or to win an argument."

She added that seeing others' points of views could help to "serve the interest of justice" better than a total refusal to negotiate.

"Should differences be allowed to become pretexts for inaction, the hopes and aspirations of the many victims of intolerance would be dashed perhaps irreparably," she added.

The 2001 conference took place against the backdrop of the eruption of the second Palestinian intifada in the West Bank and Gaza, and ended just days before the September 11 attacks in New York and Washington.

It was marred by accusations of anti-semitism, with the US and Israel walking out in protests over draft conference texts that even labelled Israel an apartheid state.

Non-governmental group UN Watch executive director Hillel Neuer said the walkout by the United States and Israel in 2001 was responsible for the removal of the "most virulent language" of the Durban text.

"So too now, the threat of Western non-participation remains the only force with the slightest chance of preventing the conference from degenerating into an out-and-out fiasco," said Neuer.

Pillay should be "taking on the hijackers of the conference, instead of the few seeking to resist them," he added.


Copyright 2008, Agence France Presse.
Original URL: http://africasia.com/services/news/newsitem.php?area=mideast&item=080908154733.6opccwr7.php

 




Reprise du Conseil des droits de l'homme Navi Pillay veut sauver la conférence de Genève contre le racisme

Agence France Presse -- Français
8 Septembre 2008

La nouvelle Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay doit affronter un premier défi: sauver du fiasco la conférence contre le racisme, prévue en avril à Genève. Elle a demandé lundi à tous les Etats d'y participer malgré leurs divergences.

S'adressant pour la première fois au Conseil des droits de l'homme, réuni à Genève pour une session de trois semaines, la Haut Commissaire s'est engagée à tout faire pour amener toutes les parties autour de la table et donner un nouvel élan à la lutte contre la discrimination, la xénophobie, l'intolérance et le racisme.

Espoirs anéantis

"Si les divergences devenaient le prétexte à l'inaction, les espoirs et les aspirations de beaucoup de victimes seraient anéantis peut-être de manière irréparable", a averti l'ex-militante anti-apartheid.

Le Canada, les Etats-Unis et Israël boycottent les travaux préparatoires de la conférence de Genève, ou Durban II, alors que d'autres pays européens, comme la France, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne menacent de les suivre si la conférence se transforme en plateforme anti-israélienne.

"J'appelle les gouvernements qui ont exprimé l'intention de ne pas participer à la conférence à reconsidérer leur position", a déclaré la Haut Commissaire.

"Je ne crois pas qu'une approche du tout ou rien soit la bonne", a déclaré la Sud-Africaine, qui a succédé le 1er septembre à Louise Arbour. "Sans la participation de tous, le débat et la lutte contre le racisme seront affaiblis", a souligné l'ex-juge à la Cour pénale internationale (CPI), qui a également appelé à renforcer la lutte pour prévenir le génocide.

La première conférence contre le racisme à Durban, du 31 août au 8 septembre 2001, avait été marquée par de profondes divisions sur les questions de l'antisémitisme, du colonialisme et de l'esclavagisme. Les Etats-Unis et Israël avaient claqué la porte en protestant contre le ton anti-israélien de la réunion.

Mauvaise direction

"Navi Pillay tire dans la mauvaise direction", a réagi l'ONG "UN Watch". Et de se demander pourquoi la Haut Commissaire ne critique pas plutôt l'attitude du Soudan, de l'Iran et de la Libye "qui ont commencé à détourner la conférence" de ses buts.

Le directeur d'UN Watch Hillel Neuer regrette que Navi Pillay ait qualifié de "productive" la réunion préparatoire d'Abuja (24 au 26 août), alors qu'elle a omis de mentionner dans sa déclaration finale les atrocités commises au Darfour.

La nouvelle Haut Commissaire a également affirmé sa volonté de "tolérance zéro" à l'égard de la politique deux poids deux mesures et son souci d'impartialité.

Elle devra lutter pour maintenir son indépendance. Le Pakistan et Cuba notamment ont réitéré leur demande d'un contrôle des activités du Haut Commissariat par le Conseil des droits de l'homme.

Une exigence à laquelle la France, au nom de l'Union européenne, s'est clairement opposée. L'ambassadeur de France Jean-Baptiste Mattei a réaffirmé l'engagement des Européens à l'intégrité, à l'indépendance et à l'impartialité du mandat du Haut Commissariat.

Initiative de la Suisse

La Suisse a profité de la reprise des travaux du Conseil pour annoncer une nouvelle initiative. Elle va rédiger un agenda des droits de l'homme pour les dix prochaines années, a annoncé l'ambassadeur de Suisse auprès de l'ONU Blaise Godet.

L'initiative sera présentée à l'occasion des 60 ans de la Déclaration universelle en décembre. A l'invitation de la Suisse, un groupe de personnalités aura la tâche d'identifier, d'étudier et de définir des thèmes spécifiques et d'établir un agenda, a précisé l'ambassadeur. Il sera ensuite soumis à la communuaté internationale.

Copyright 2008, Agence France Presse



Nueva comisionada de ONU pide a todos los países ir a reunión sobre racismo

Agence France Presse -- Spanish
8 de Septiembre, 2008


La alta comisionada de Derechos Humanos de la ONU, Navanetham Pillay, que acaba de asumir sus funciones, llamó el lunes a todos los países a participar en la próxima conferencia contra el racismo, que Estados Unidos, Canadá e Israel decidieron boicotear.

La conferencia se llevará a cabo en abril de 2009 en Ginebra, para dar continuidad a la de Durban (Sudáfrica) de 2001, que concluyó con agrios debates sobre el antisemitismo, el colonialismo y la esclavitud. Estados Unidos e Israel se marcharon, para protestar contra el cariz anti-israelí que había tomado el encuentro.

"Insto a los gobiernos que expresaron la intención de no participar en la conferencia a que reconsideren su posición", dijo Pillay.

"Sin esa participación, el debate contra el racismo y la agenda se empobrecerían", destacó.

Para la ONG UN Watch, Pillay, que asumió sus funciones el 1 de septiembre, está "apuntando en una dirección equivocada".

"¿Por qué la alta comisionada apunta contra las democracias más tolerantes del mundo en lugar de apuntar contra tiranías racistas como el Sudán de Omar el Bechir y el Irán de Mahmud Ahmadinejad que, bajo la dirección del libio Muammar Kadhafi, ya están tomando a esa conferencia bajo su égida?", se preguntó en un comunicado el director de UN Watch Hillel Neuer.

Pillay reemplazó en el cargo a la canadiense Louise Arbour.

Ex juez de la Corte Penal Internacional, la nueva comisionada de Derechos Humanos nació en Durban en 1941, de padres tamiles.

Copyright 2008, Agence France Presse.