lynk-m-1

GENÈVE 24 Mars, 2016 – le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies a confirmé aujourd’hui la nomination de Michael Lynk, l’universitaire canadien controversé,  comme «Rapporteur Spécial sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967,” un poste qui, contrairement au titre officiel, consiste en fait à enquêter sur les – “violations par Israël des principes et des fondements du droit international» – et qui ne tient compte d’aucune des violations des droits de l’homme commises dans les territoires palestiniens, par l’Autorité palestinienne, le Hamas, le Jihad islamique et par d’autres.

Sous l’intense pression des Etats arabes et islamiques, le Président du Conseil a nommé Michael Lynk, un avocat du travail canadien, et ce, malgré de nombreuses objections concernant son rôle de chef de file dans les groupes pro-palestiniens et ses déclarations incendiaires dans lesquelles il admettait vouloir “isoler Israël”.

Hier, le Président du Conseil a déclaré, dans une lettre, que Lynk, qui enseigne le droit à Londres dans l’Ontario, était à la fois impartial et objectif. Cependant, un rapport de UN Watch d’il y a deux semaines a documenté la partialité de Michael Lynk, ainsi que d’autres candidats favoris des Etats arabes, suscitant l’indignation de l’ambassadeur palestinien.

«Le choix par l’ONU d’un candidat manifestement partisan – quelqu’un qui, trois jours après les attaques du  11 septembre, à accusé l’Occident d’avoir provoqué les attaques sur le World Trade Center – constitue une parodie de justice et une violation de ses propres règles par l’organisation mondiale elle-même”, a déclaré Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch, une ONG de défense des droits de l’Homme basée à Genève, dont le travail a été salué par de hauts fonctionnaires des Nations Unies , notamment par l’ancien Secrétaire Général, Kofi Annan.

“Quelqu’un qui accuse Israël «d’apartheid » et qui, ouvertement, cherche à démanteler l’Etat juif n’est ni impartial ni objectif. Nous appelons l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et tous les autres membres du Conseil à faire respecter les principes de base, décidés par le Conseil lui même, et à s’opposer à la nomination de Lynk lors du vote de demain”, avait déclaré Hillel Neuer.

Le 14 Septembre 2001, Michael Lynk avait publié une déclaration, attribuant la responsabilité des attaques aux «inégalités mondiales» et au «mépris par les pays occidentaux du droit international.”

“Un jour après que des Islamistes ont assassiné et mutilé des centaines de personnes au cœur de l’Europe, la nomination par l’ONU de quelqu’un qui rejette instinctivement la responsabilité sur l’Occident pour ses crimes présumés, envoie décidément le pire message, au pire moment.”

Dans le même temps, UN Watch a salué le rejet de Penny Green, candidate de la gauche radicale du Royaume-Uni, classée première par le comité de sélection dirigé par l’Égypte et qui est étroitement associée aux idéologues anti-occidentaux, Noam Chomsky et Richard Falk. “Mme Green était encore plus extrême que Lynk, et sa lettre au président cherchant à réfuter le rapport de UN Watch était un échec complet”, a déclaré Neuer.

_____________

Michael Lynk: selon ses propres mots

M. Lynk ne satisfait pas aux exigences d’impartialité minimales énoncées dans les résolutions 5/1 et 16/21 du Conseil des Droits de l’Homme. Depuis au moins trois décennies, il est un fervent activiste anti-israélien, joue un rôle de leadership dans les groupes militant contre Israël, et participe à des campagnes politiques qui diabolisent les Israéliens.

Il cite des nazis pour accuser les Israéliens: Parlant en 2005 à la réunion annuelle des militants anti-israéliens organisée par le Comité de l’ONU pour les droits des Palestiniens, Lynk a cité les crimes de guerre nazis dans son appel à des «stratégies juridiques» pour poursuivre les Israéliens. Lynk a proposé une stratégie pour cibler les Israéliens dans les tribunaux nationaux de l’Australie, du Canada, de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Nouvelle-Zélande, de l’Afrique du Sud et du Royaume-Uni. Son document ne traitait que des violations alléguées par Israël, tout en fermant les yeux sur les crimes de guerre commis par les Palestiniens, le Hezbollah et les acteurs étatiques et non étatiques iraniens. Les “stratégies juridiques,” avait dit Lynk, “peuvent souvent constituer une partie importante d’une campagne politique et sociale plus large.”

Il fait porter la responsabilité des attaques du 11 septembre à l’Occident: Seulement trois jours après les attaques terroristes du 11 Septembre 2001 qui ont détruit le World Trade Center à New York, Lynk a pointé du doigt non pas le terrorisme islamiste radical, mais les pays occidentaux. Bien que 3000 victimes innocentes ont été tuées par des terroristes d’Al-Qaïda, Lynk a choisi de blâmer ” les inégalités mondiales» et «le mépris par les pays occidentaux du droit international.” Lynk a encore blâmé les démocraties occidentales en omettant notamment les causes directes telles que les 15 pirates de l’air saoudiens, le financement du terrorisme par les membres du régime saoudien, ou l’exportation par l’Arabie Saoudite de l’idéologie extrémiste, le wahhabisme dans le monde entier. Alors que la déclaration de Lynk du 14 Septembre 2001 comprenait une condamnation en bonne et due forme des attaques, il l’avait immédiatement diluée par une référence amorphe au terrorisme «qui se produit partout». Pire, Lynk a mitigé sa condamnation avec un «cependant» où il a procédé au blâme de l’Occident. Le site adepte des théories du complot du 11 septembre “911 Blogger” a publié les déclarations de Lynk.

Leadership des groupes de lobby arabes et palestiniens: Lynk est membre du conseil d’administration du Conseil National des Relations Canado-Arabesmembre du conseil consultatif de «Echange et Education canadienne-palestinienne» (CEPAL), qui fait la promotion des événements comme la “4ème semaine annuelle de l’apartheid israélien” [1]; et, de concert avec l’ancien représentant de la Ligue arabe Clovis Maksoud, Lynk est membre du conseil consultatif des Amis de Sabeel Amérique du Nord.

Discours clé sur la “résistance” palestinienne : le 29 Novembre, 2001, Lynk a prononcé le discours inaugural lors de la “Journée internationale de solidarité avec les Palestiniens” organisée par le CEPAL, où il a parlé de la «résistance populaire».

Signataire de pétitions anti-israéliennes : Lynk a signé une déclaration en 2009, condamnant Israël pour des prétendus “crimes de guerre” à Gaza en collaboration avec Christine Chinkin, co-auteur du rapport de l’ONU de Goldstone, acte que le juge Goldstone a jugé comme motif suffisant pour sa disqualification de la commission d’enquête sur Gaza du Conseil des Droits de l’Homme. La déclaration fait seulement une allusion aux crimes du Hamas. Lynk a également signé la déclaration unilatérale de Richard Falk, intitulée «Déclaration conjointe par des experts du droit international sur l’offensive d’Israël à Gaza“. 

Juger Israël est “le problème principal”: dans un entretien avec IslamOnline.net, Lynk a déclaré que «la question principale, est de convaincre les pays, comme le Canada, la France, l’Australie, l’Angleterre, et d’autres pays qui ont accepté le Statut de Rome, de poursuivre Israël”. Il n’a pas appelé à poursuivre des dirigeants palestiniens pour les crimes de guerre tels que les tirs intentionnels sur des civils. 

Discours à la conférence “La solution à un Etat” destinée à dissoudre Israël: En mars 2009, Lynk a participé à une conférence «La solution à un Etat” co-parrainée par le “Institute Trans Arab Research.” [2] Six mois après que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a rejeté l’offre de paix du Premier Ministre israélien Ehud Olmert, offre qui aurait créé un Etat palestinien indépendant contenant la totalité de la bande de Gaza, une grande partie de la Cisjordanie ainsi que des échanges de terres, et un tunnel reliant les deux zones, la Conférence “Un Etat” de Lynk a publié une déclaration affirmant que «les Israéliens continuent d’étendre le discours de solution à deux Etats afin de poursuivre la confiscation soutenue des terres palestiniennes.” [3] L’objectif déclaré de la conférence était «une exploration de la solution à un seul Etat” – tour de passe linguistique pour à peine voiler que l’objectif de l’élimination de l’Etat Juif” est une option émergente et de plus en plus importante pour tous.» [4]

La “solution” de Lynk est de revenir sur la création d’Israël en 1948: Lors d’une conférence radicale dont le conférencier principal était le soutien du Hamas, Richard Falk, Lynk a dit, selon un résumé, qu’il «avait l’habitude de penser que la date critique dans le conflit israélo-palestinien était 1967, le début de l’occupation. Maintenant , il pense que la solution au problème doit revenir à 1948, la date de la partition et le début du nettoyage ethnique».

Il a tenté de bloquer la remise du prix du Fonds national juif au Président de l’Université: En 2008 Lynk a essayé de, et échoué à, empêcher le président de son université, Paul Davenport, d’accepter un prix du Fonds National Juif, qui finance le traitement de l’eau et le reboisement en Israël, en affirmant qu’Israël «pratique la discrimination institutionnalisée.” Le président Davenport a rencontré Lynk et a rejeté sa campagne.

Milite pour la “Semaine contre l’Apartheid israélien” : À l’Université Western (Ontario), Lynk a accueilli des événements et des tribuns anti-Israéliens. [5] Il a promu la “Semaine contre l’Apartheid israélien.” 

Cherche une “victoire” au CPI pour “isoler Israël”: Lynk a appelé à “une victoire à la Cour pénale internationale» qui, selon lui, rétablirait à elle seule l’importance du droit universel. [6]

——–

[1] Voir http://www.ngo-monitor.org/reports/canadian_palestinian_educational_exchange_cepal_anti_israel_campaigns_cloaked_in_human_rights_/ .

[2] Voir http://www.492cafe.org/audio/events/2009_03_25,26-tari-1state/ et http://www.arabichour.org/One-state-Conference.htm .

[3] Voir http://cafe.comebackalive.com/viewtopic.php?f=1&t=42987 et http://forum.politics.be/archive/index.php?t-117874.html .

[4] Id.

[5] Voir “Davis parle des droits de l’homme» sur http://www.usc.uwo.ca/gazette/generate.asp?day=21&month=9&year=2004 .

[6] Voir http://mondoweiss.net/2013/02/settlement-palestinian-international/#sthash.8Og1RG6g.dpuf .

[7] Voir, entre autres, les réponses de Lynk aux questions 3 et 4 de la partie II, et sa lettre dans la partie III, conclue à mi-chemin.

Author

unwatch

Related Posts