L’ONU se doit de dénoncer l’interdiction illégale de sortie du territoire imposée par la Turquie au défenseur des droits de l’homme Orhan Kemal Cengiz

orhan-neuer-730x370

Ci-dessus: Orhan Kemal Cengiz, le deuxième en partant de la gauche, aux Nations Unies, à Genève, pour la session d’ouverture du Sommet de Genève pour les Droits de l’Homme. La photo laisse imaginer ce que serait le monde si les héros des droits de l’homme représentaient leurs pays, le 22 février 2016.

GENÈVE, le 24 juillet 2016 – UN Watch, une organisation non gouvernementale de défense des droits de l’homme basée à Genève, salue la libération du journaliste et défenseur des droits de l’homme Orhan Kemal Cengiz par la Turquie, aujourd’hui, après quatre jours de détention arbitraire, mais appelle le chef de l’ONU, Ban Ki-moon, ainsi que le commissaire aux droits de l’homme, Zeid, à condamner le gouvernement du président Recep Tayyip Erdoğan pour avoir imposé des conditions à M. Cengiz, notamment une interdiction de sortie du territoire.

Cengiz et sa femme Sibel Hurtas, également journaliste, ont été détenus jeudi à l’aéroport d’Istanbul alors qu’ils étaient en route pour aller assister à une conférence à Londres. Hurtas fut relâchée le même jour tandis que Cengiz fut détenu jusqu’à aujourd’hui.

Après l’arrestation, le commissaire européen Johannes Hahn a tweeté une déclaration disant qu’il était « profondément préoccupé par [la] détention du journaliste et défenseur des droits de l’homme Orhan Kemal Cengiz et par son manque d’accès à un avocat. » Guy Verhofstadt, membre du Parlement européen et président du groupe libéral du Parlement européen, l’a également dénoncé.

M. Cengiz a rendu visite au Conseil des Droits de l’Homme en février, et témoigné des violations des droits de l’homme en Turquie, invité par le Sommet de Genève pour les Droits de l’Homme, une coalition de 25 organisations de défense des droits de l’homme dont UN Watch fait partie. UN Watch a mené campagne pendant ces quatre derniers jours pour la libération de M. Cengiz.

« En arrêtant un journaliste, avocat, et défenseur pacifique des droits de l’homme, le gouvernement turc compromet sa promesse de défendre la démocratie et la loi » avait déclaré Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch.

« Nous exhortons Ban Ki-moon et le Haut-Commissaire Zeid à condamner l’interdiction illégale de sortie du territoire imposée à M. Cengiz, qui, entre autres, pourrait l’empêcher de se rendre aux Nations Unies pour fournir des informations vitales et une analyse de la situation des droits de l’homme en Turquie à l’organisation internationale. »

À propos d’Orhan Kemal Cengiz

  • Défenseur des droits de l’homme, avocat, journaliste
  • Né le 13 janvier 1968
  • Fondateur de la Human Rights Agenda Association (Insan Haklari Gundemi Dernegi), établie en 2003, qu’il a présidé jusqu’en 2012.
  • Cengiz a également fondé le Civil Society Development Center et les nouveaux départements au sein de la Izmir Bar Association, y compris le département traitant de la torture et de la maltraitance. Entre 1999 et 2002, il a travaillé comme conseiller légal au Kurdish Human Rights Project à Londres.
  • En 2007, il a reçu des menaces de mort à cause de son activité professionnelle liée à l’affaire du meurtre de Malatya, dans laquelle trois chrétiens ont été tués par des hommes liés à des groupes ultra-nationalistes.
  • En 2008, grâce à la campagne d’Amnesty International, l’État lui a fourni un garde du corps. M. Cengiz est à présent un avocat indépendant des droits de l’homme et un expert.
  • Journaliste prolifique depuis le début des mesures répressives imposées aux médias par le gouvernement turc, Cengiz a contribué à de nombreux journaux, y compris Today’s ZamanRadikalAl-MonitorOzgur Dusunce, et Bugun. Il a beaucoup écrit au sujet des droits de l’homme et autres sujets liés, depuis le problème kurde jusqu’au génocide arménien en passant par l’affaire Ergenekon.
  • À présent il est l’un des avocats de l’affaire « Tahir Elci », nommée après l’avocat des droits de l’homme kurde et président de la Diyarbakir Bar Association qui a été tué en novembre 2015.
  • En février 2016, M. Cengiz est intervenu au Sommet de Genève sur les Droits de l’Homme, consacrant l’intégralité de son discours à la mémoire de son cher ami Tahir Elci.
  • Il a été arrêté le 21 juillet 2016, à l’aéroport Ataturk d’Istanbul alors qu’il attendait pour embarquer à bord d’un vol à destination de Londres où il était censé assister à une conférence pour la promotion de la Tahir Elci Foundation. M. Cengiz était avec sa femme, la journaliste Sibel Semira Hurtas. Il fut relâchée après quelques heures. M. Cengiz est toujours en garde à vue.

Ci-dessous: Orhan Kemal Cengiz s’adressant au Sommet de Genève pour les Droits de l’Homme, le 23 février 2016.

Orhan-Kemal-Cengiz-730x370

Author

unwatch

Related Posts