vian_media_advisory_pic

Vian Dakhil reçoit le Prix des Droits de la Femme décerné au Sommet de Genève de UN Watch en février 2016

Genève, le 20 juin 2016 — Vian Dakhil, dont le plaidoyer enflammé au Parlement irakien a permis d’attirer l’attention du monde sur le peuple Yézidi, s’adressera demain au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies en réponse au nouveau rapport de l’ONU reconnaissant que l’EI est en train de commettre un génocide contre les Yézidis.

Mme Dakhil (voir biographie ci-dessous) prendra la parole demain lors d’une session plénière du CDH après que sa commission d’enquête forte de 4 membres aura présenté son nouveau rapport sur le génocide Yézidi. Elle apparaitra également à une conférence de presse organisée par l’association des correspondants de l’ONU à Genève.

Mme Dakhil a été invitée en Suisse par UN Watch, une organisation non gouvernementale de défense des droits de l’homme basée à Genève, et parlera demain en son nom.

UN Watch a prôné très activement la protection des Yézidis aux Nations Unies, exigeant l’action de ces derniers afin de mettre un terme au génocide contre les Yézidis:


Biographie de Vian Dakhil

Vian Dakhil est la seule femme Yézidi membre du Parlement irakien, et une fervente défenseur du peuple Yézidi qu’elle veut sauver du viol, de l’esclavage, et de l’extermination par l’EI.

Dakhil a obtenu l’attention du public international durant l’été 2014 après avoir fait un discours enflammé qu’elle adressait à ses collègues parlementaires irakiens, implorant ces derniers d’intervenir au nom du peuple Yézidi piégé dans les monts Sinjar suite à la prise du territoire par l’État islamique, et accusant ce dernier de génocide contre le peuple Yézidi.

Son brûlant plaidoyer avait contribué à inspirer l’ordre du Président américain Barack Obama de procéder à des frappes aériennes et de lancer une mission humanitaire afin de sauver des milliers d’Irakiens yézidis piégés dans les montagnes, prêts à mourir de faim ou à se faire massacrer par l’EI.

Vian Dakhil est la lauréate du Prix des Droits de la Femme du Sommet de Genève 2016, décerné par 25 groupes de défense des droits de l’homme, ainsi que du Prix Anna Politkovskaja 2014.

Du fait de son travail acharné destiné à apporter du réconfort et aider à reconstruire les vies brisées des rescapés traumatisés de l’EI, elle fait désormais partie des premières cibles de l’EI.

Author

unwatch

Related Posts