Les représentants de Cuba (en haut à droite) et du Venezuela (en bas à droite), accompagnés par d’autres diplomates de Corée du Nord et e Syrie, sont venus à l’événement d’UN Watch pour s’en prendre à UN Watch, et aux militants de leur pays respectifs, qui ont témoigné des violations flagrantes contre les droits de l’homme commises par les régimes de La Havane et de Caracas.

GENÈVE –  UN Watch a offert une plate-forme de premier plan à des  dissidents célèbres de Cuba et du Venezuela dans une série de manifestations organisées au cours de la dernière session de Juin du Conseil des droits de l’Homme.S’adressant à une salle comble, les invités au panel de l’ONU ont témoigné avoir été soumis à des arrestations arbitraires, la torture et d’autres violations flagrantes et systématiques des droits de l’homme. L’événement a réuni des responsables de l’ONU, des ambassadeurs, des ONG et des militants des droits humains et a soulevé la colère des délégations de Cuba et du Venezuela, qui ont hurlé des accusations contre UN Watch et les intervenants du panel.

Toutefois, l’ambassadeur américain Keith Harper  (à droite) a prononcé une allocution fort en faveur de la protection des droits de l’Homme dans les deux pays.

“Nous avions peur de venir ici aujourd’hui”, a déclaré Alejandro Suarez Teppa, un étudiant de 33 ans en philosophie vénézuélien et leader d’un camp de protestation qui a été arrêté et brutalement emprisonné en juin dernier.  Il a été rejoint sur ​​le podium par Eusebio Costa, 22 ans, lui aussi un des leaders de la contestation estudiantine de Caracas.

Après la conférence, UN Watch, les jeunes dissidents ont tenu un meeting en plein air en face du CDH. (Cliquez ici pour des photos du meeting. Les deux étudiants ont fait le voyage malgré une diatribe hostile télévisée par le puissant Président de l’Assemblée Nationale du Venezuela, Diosdado Cabello.

“Ces étudiants sont des héros des droits de l’Homme qui risquent leur liberté et sécurité pour les libertés démocratiques fondamentales que beaucoup d’entre nous tiennent pour acquises,” a déclaré Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch.

Au sujet de Cuba, le public a entendu le témoignage de Ángel Carromero, le conducteur dans l’accident suspect qui a tué Oswaldo Paya, le plus célèbre militant pro-démocratie de Cuba, ainsi que le dissident et poète cubain Regis Iglesias.

VOIR LES VIDEOS DE PARTICIPANTS: 

“Nous sommes venus à Genève pour demander à l’ONU de dépêcher une mission au Venezuela pour enquêter sur les cas de violations des droits de l’homme subis par les étudiants.”    

    — Eusebio Costa, 22 ans, étudiant et militant des droits de l’Homme, Président du Centre étudiant de l’Université catholique de Santa Rosa à Caracas, membre du camp de protestation de Las Mercedes. VIDEO

 

 “Nous demandons aux Nations Unies d’enquêter sur les crimes du gouvernement vénézuélien.”

 Alejandro Suarez Teppa , étudiant diplômé de philosophie, membre du conseil national de la Jeunesse active Venezuela Unies, chef du camp de protestation dans Stanta Fé.  VIDEO

“Mon neveu a été placé en isolement dans des conditions difficiles parce qu’il a a appelé à la protestation pacifique.”

    Julieta Lopez, tante du chef de l’opposition, Leopoldo Lopez, qui a été emprisonné depuis Février. Lorsque Mme Lopez s’était adressée  en Mars, à la session plénière du Conseil des droits de l’homme, le délégué du Venezuela a interrompu son discours et a         essayé de l’empêcher de témoigner.  VIDEO


“L’accident a eu lieu il y a deux ans et la famille n’a pas eu accès au rapport de l’autopsie; je vous demande d’avoir du bon sens.”

  Ángel Carromero,  homme politique espagnol, conducteur de la voiture dans un accident mortel du leader cubain pro-démocratie Oswaldo Paya.  VIDEO


 

MEDIA IMPACT

 

“Les militants vénézuéliens et cubains ont fait pression sur les Nations Unies pour enquêter sur la mort de dizaines de manifestants étudiants à Caracas et l’emprisonnement de dissidents cubains. Les deux puissances latino-américains, dirigées par les présidents socialistes Nicolas Maduro et Raul Castro, sont membres des 47 membres Conseil des droits de l’homme … ” Cliquez pour plus d’info

 

Le Cuba et le Venezuela se déchaînent 

Après le témoignage des panélistes, les représentants du gouvernement cubain et vénézuélien ont répondu par des cris sauvages avec des accusations de corruption contre eux et contre UN Watch.
Le représentant de Cuba a crié des accusations contre les panélistes et UN Watch: “Il s’agit clairement d’un complot des États-Unis pour saper Cuba, et ils ont donné à ces orateurs de l’argent pour y participer “, a déclaré le représentant furieux, qui a terminé son discours en menant une sortie bruyante les délégués de la Corée du Nord, la Syrie et d’autres délégués alliés qui se sont présentés à l’événement d’UN Watch. VIDEO


Le délégué du Venezuela a dit: “Nous avons la plus grande quantité de pétrole, vous [les Etats-Unis] avez le plus grand empire et vous essayez d’accaparer nos ressources.”  En réponse à la condamnation de Mme Lopez du traitement inhumain subi par son neveu emprisonné, le Venezuela a insisté qu’il était “protégé par tous les droits constitutionnels et juridiques.”  VIDEO

Par la suite, la délégation cubaine s’est plaint au Conseil des droits de l’homme qu’UN Watch n’était pas qualifiée pour accueillir les dissidents.

IMPACT d’UN Watch

  • Avant que l’événement ait eu lieu, il a déclenché la colère du president du parlement vénézuélien, qui était l’un des hauts responsables de Caracas à  s’en prendreà la perspective de d’entendre des dissidents du Venezuela au Conseil des Nations Unies pour les droits de l’homme, où la répression violente des protestations par le gouvernement serait scruté à la loupe.

 

  • le Venezuela et Cubaont tous deux essayé d’intimider et de discréditer les orateurs  et UN Watch en envoyant des représentants à l’événement et en accusant tous les participants d’être des menteurs et d’accepter des pots de vin du gouvernement américain.

 

  • L’événement a obtenu le soutien des fonctionnaires clés, y compris l’ambassadeur américain Keith Harper, qui a salué UN Watch et les panélistes pour avoir dit la vérité au pouvoir.

 

• Le Bureau du Haut Commissaire pour les droits de l’Homme a publié une déclaration sur le Venezuela après l’événement, déclarant: “. Nous restons préoccupés par les violations persistantes des droits de l’homme auraient ayant lieu au Venezuela dans le cadre de récentes manifestations.” 

 En réponse à la critique par le chef, du comité des droits de l’homme des Nations Unies, le gouvernement vénézuélien a appelé la déclaration “déplorable” et a accusé le Bureau de rejoindre  “l’infâme campagne de dénigrement international” contre le gouvernement du président Nicolas Maduro.

•  María Corina Machado (ci-dessus), une figure de proue de l’opposition vénézuélienne avec 2 millions de followers sur Twitter, a envoyé un message vidéo exprimant la solidarité. Vidéo ici

                                                                             

Traduit par Observatoire du Moyen-Orient

 

Author

zadmin

Related Posts