Cliquez ici pour voir la vidéo

S’exprimant au nom d’ UN Watch, Maryam Wahida a lancé un vibrant appel  lundi, au cours d’une réunion de l’ONU sur les atrocités de ISIS. L’ONG de défense des droits de l’Homme basée à Genève, a lancé une campagne pour une session d’urgence, avec des militants des droits l’Homme, des députés et les leaders de minorités irakiennes. Il y a eu une Manifestation, une conférence de presse et un marathon diplomatique  en présence de leaders chrétiens et Yazidi irakiens.

Témoignage livré par l’irakienne Maryam Wahida, chrétienne, de 21 ans, à la session spéciale du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur l’ISIS, 1 septembre 2014     

Je vous remercie, Monsieur le Président.
Je m’appelle Maryam Wahida, une chrétienne qui est née et qui a grandi en Irak, où demeure la plupart de ma famille. J’ai le privilège de parler au nom de UN Watch.
Je suis ici aujourd’hui avec ma famille, pour témoigner, devant le monde, sur les crimes horribles perpétrés par l’État Islamique contre mes parents, contre les chrétiens, les Yézidis et les autres minorités en Irak.
Depuis déjà de nombreuses semaines, les terroristes ont envahi nos villages, détruit des églises antiques, et brûlé des archives historiques vieilles de plusieurs siècles.

Monsieur le Président, je me réjouis de la réunion d’aujourd’hui. Mais compte tenu de l’extrême urgence de vie ou de mort, nous devons nous demander : Pourquoi l’ONU a-t-il attendu si longtemps?
Les victimes en Irak veulent savoir: Qu’est-ce qui pourrait être plus urgent que d’empêcher les terroristes de l’État Islamique de persécuter, d’attaquer, d’asservir, de violer et de décapiter nos hommes, femmes et enfants ?

Monsieur le Président,
Les survivants ont été forcés de fuir leurs maisons. En tant que personnes déplacées, ils vivent maintenant dans des conditions horribles, dans l’insalubrité, sans un minimum d’hygiène. Ils dorment dans les rues, sur le plancher, à l’intérieur et à l’extérieur des églises. Ce sont les enfants et les personnes âgées qui souffrent le plus, et des nombreuses maladies se propagent rapidement parmi les victimes.
Je suis en contact téléphonique avec ma famille en Irak. J’ai appris comment mon cousin Nawar, un pharmacien de 25 ans à Erbil, a commencé à recueillir de l’argent pour acheter des fournitures médicales pour les malades. Il a réussi à acheter un fauteuil roulant pour une réfugié, une femme de 90 ans, qui était très heureuse de recevoir cette aide.
Je tiens à remercier tous les gouvernements qui ont contribué à ce jour. Mais la communauté internationale doit faire davantage – tout ce qu’elle peut – pour aider les victimes, comme, par exemple, en créant en Irak un sanctuaire pour les personnes déplacées, et en leur facilitant l’asile et l’émigration.

Monsieur le Président, j’espère que je pourrai appeler ce soir mes proche en Irak, avec des nouvelles d’une action forte et efficace de l’ONU, pour sauver les victimes qui ont si désespérément besoin de l’aide du monde.

Je vous remercie, Monsieur le Président.

Cliquez ici pour voir la vidéo

Traduit par Observatoire du Moyen-Orient

Author

zadmin

Related Posts