H.E. Mr. Peter Thomson - President of the General Assembly Committee on the Exercise of the Inalienable Rights of the Palestinian People Special meeting in observance of the International Day of Solidarity with the Palestinian People, in accordance with General Assembly resolution 32/40 B of 2 December 1977

Le Président de l’Assemblée Générale de l’ONU Peter Thomson portait, en ce jour, un drapeau palestinien pour marquer la « Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien » de l’ONU au moment où l’assemblée se préparait à condamner Israël à coup de six autres résolutions.

GENÈVE, le 29 novembre 2016 – Aujourd’hui l’Assemblée Générale de l’ONU marque la « Journée pour la Palestine » avec l’adoption anticipée de six résolutions contre Israël, dans le cadre de son rituel annuel consistant en la mise en vigueur de 20 résolutions sponsorisées par les États arabes destinées à isoler l’État Juif. Voir le tableau ci-dessous pour les résolutions qui seront finalement adoptées le lendemain, le mercredi 30 novembre.

Une des résolutions appelle Israël à céder le contrôle du plateau du Golan à la Syrie, négligeant les meurtres en masse perpétués à l’heure actuelle par le régime du président Bashar al-Assad. Une autre résolution condamne Israël pour des actions à Jérusalem, et emploie uniquement le terme islamique pour désigner le Mont du Temple, ce faisant méprisant le rôle biblique du site dans le judaïsme et le christianisme.

« L’assaut de l’ONU sur Israël au moyen d’un torrent de résolutions unilatérales est surréaliste » a déclaré Hillel Neuer, le directeur exécutif de UN Watch, une organisation non gouvernementale de surveillance basée à Genève.

« À l’heure où les forces loyales au président Bashar al-Assad attaquent des civiles syriens à Alep, forçant des milliers de personnes à fuir, il est choquant que l’ONU adopte une résolution mentionnant le territoire syrien et invoquant la Convention de Genève et la « protection des civils », le tout en condamnant Israël. » a déclaré Neuer.

« C’est stupéfiant » a ajouté Neuer. « À l’heure où le régime syrien tue son propre peuple par centaines de milliers, comment l’ONU peut-elle inciter à confier encore plus de vies humaines sous le règne d’Assad ? Le moment choisi pour décréter ce texte est moralement irritant, et d’une absurdité logique. »

screen-shot-2016-11-08-at-10-39-52-pm

« Et alors qu’un total de 20 résolutions incendiaires, déséquilibrés ou redondantes contre Israël seront décrétées à l’occasion de cette session, cela montre bien que pas une seule résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU n’est prévue pour les victimes des immondes violateurs des droits de l’homme comme l’Arabie saoudite, le Burundi, la Turquie, le Venezuela, la Chine, ou Cuba. »

« À l’heure où le président palestinien Mahmoud Abbas et ses médias contrôlés par l’État continuent d’inciter le peuple à poignarder et tirer sur des Juifs israéliens, la réponse inexplicable de l’ONU aujourd’hui se résume en un réflexe, celui de condamner Israël dans six résolutions distinctes, chacune d’entre elle unilatérale et muette vis-à-vis des abus palestiniens. »

« Les résolutions de ce jour affirment se préoccuper des Palestiniens, pourtant l’ONU refuse de dire un mot sur les dizaines et dizaines de Palestiniens qui ont été massacrés, mutilés ou expulsés par les forces d’Assad au cours des derniers mois, avec un total de 3000 tués depuis 2011. »

« La farce de ce jour à l’Assemblée Générale souligne un simple fait : la majorité automatique de l’ONU n’a aucun intérêt à réellement aider les Palestiniens, ni à protéger les droits de l’homme de qui que ce soit ; le but de ces condamnations rituelles et unilatérales demeure l’utilisation d’Israël comme bouc émissaire. » a déclaré Neuer.

« L’assaut disproportionné de l’ONU contre l’État Juif sape la crédibilité institutionnelle de ce qui est supposé être un organe international impartial. La politisation et la sélectivité nuisent à sa mission fondatrice, et, ce faisant, minent la promesse de la Charte de l’ONU concernant le traitement égal de toutes les nations, larges et petites. » a ajouté Neuer.


RÉSOLUTIONS DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU PROGRAMMÉES POUR ADOPTION CE JOUR :

 RÉSOLUTION   SPONSORS   EXTRAITS ANALYSE
« Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien – A/71/L.18»

Vote plénière:

{TBA}

22 pays de l’OCI y compris l’Arabie saoudite, le Soudan, et d’autres « Notant avec un profond regret le début de la cinquantième année d’occupation israélienne et soulignant qu’il faut de toute urgence s’employer à inverser les tendances défavorables observées sur le terrain et à rétablir un horizon politique favorisant la progression et l’accélération de négociations constructives afin de parvenir à un accord de paix qui mette fin à cette occupation qui dure depuis 1967 et de régler toutes les questions fondamentales relatives au statut final, sans exception, en vue d’un règlement global, juste, durable et pacifique de la question de Palestine… »

« Prie le Comité de continuer de tout mettre en œuvre pour mobiliser l’aide et le soutien de la communauté internationale en faveur du peuple palestinien… »

Ce comité partial est l’un des piliers anciens de l’infrastructure anti Israël de l’ONU. Il s’agit du seul comité sur les droits de l’homme de l’Assemblée Générale voué à une seule et unique cause. Ses rapports ferment systématiquement les yeux sur le terrorisme palestinien subit par les civils israéliens. Le mandat du comité concerne les actions israéliennes seulement et est intrinsèquement partial et unilatéral.
« Division des droits des Palestiniens du Secrétariat – A/71/L.19 »

Vote plénière:

{TBA}

22 pays de l’OCI y compris l’Arabie saoudite, le Soudan, et d’autres  « Prie la Division de continuer, en particulier, de suivre les événements ayant un rapport avec la question de Palestine, d’organiser des réunions et des activités au niveau international en vue d’appuyer le mandat du Comité… d’assurer la liaison et de coopérer avec la société civile et les parlementaires, notamment par l’intermédiaire du Groupe de travail du Comité et de la « Plateforme des Nations Unies pour la question de Palestine » qui y est associée, de développer et d’enrichir le site Web consacré à la question de Palestine et la documentation du Système d’information des Nations Unies sur la question de Palestine… » La division des droits des Palestiniens sert le comité spécial partial et se consacre au déploiement de la propagande anti Israël à travers le monde. Son personnel composé de 16 membres est largement disproportionné par rapport aux quatre autres divisions de l’ONU qui couvrent des régions géographiques énormes. Le travail de la division des droits des Palestiniens est contre-productif vis-à-vis du processus de paix et cherche à coordonner les boycotts internationaux contre Israël au lieu de chercher des ponts pour la paix. Elle exclut de ses événements les ONG qui refusent de prêter allégeance à leur politique intransigeante.
« Programme d’information spécial sur la question de Palestine du Département de l’information du Secrétariat – A/71/L.20 »

Vote plénière:

{TBA}

22 pays de l’OCI y compris l’Arabie saoudite, le Soudan, et d’autres « Rappelant l’avis consultatif sur les conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le Territoire palestinien occupé que la Cour internationale de Justice a rendu le 9 juillet 2004… »

« Prie le Département… de continuer à exécuter son programme d’information spécial pendant l’exercice biennal 2017-2018… en particulier de permettre à des journalistes de mener des missions d’enquête dans le Territoire palestinien occupé, y compris à Jérusalem-Est, et en Israël, et de le faire savoir… »

Le programme est un exemple parmi d’autres de la façon dont le secrétariat neutre de l’ONU est récupéré de force par les forces anti Israël de l’ONU. Le programme rejette une approche objective en choisissant ouvertement le schéma narratif palestinien au détriment du schéma narratif israélien, en ignorant le terrorisme contre les hommes, femmes, et enfants israéliens, et d’autres réalités quotidiennes de la vie israélienne. Les ressources vouées à la propagande anti Israël sont soustraites à d’autres causes louables.
« Règlement pacifique de la question de Palestine – A/71/L.21 »

Vote plénière:

{TBA}

22 pays de l’OCI y compris l’Arabie saoudite, le Soudan, et d’autres « Se déclarant gravement préoccupée par les tensions, provocations et incitations diverses concernant les Lieux saints de Jérusalem, notamment l’esplanade des Mosquées, et demandant instamment à toutes les parties de faire preuve de retenue et de respecter le caractère sacré des Lieux saints… » Accuse seulement Israël pour l’absence de paix. Exprime sa « préoccupation » pour les 69 années qui ont passé depuis le plan de partition de 1947, suggérant qu’Israël est à blâmer alors que ce sont bien les États arabes et les leaders arabes palestiniens qui ont uniformément rejeté la résolution et initié les hostilités le lendemain de son adoption. Le texte fait double emploi avec plusieurs autres résolutions et ne sert aucun but sinon celui de la diabolisation. Les références à la terreur manquent de mentionner les noms des auteurs, tandis qu’Israël est bien nommé et accusé tout du long. On note également l’utilisation exclusive du terme islamique « Haram el-Sharif » en référence au Mont du Temple de Jérusalem, négligeant ainsi les religions et l’histoire chrétienne et juive.
« Jerusalem – A/71/L.22 »

Vote plénière:

{TBA}

23 pays de l’OCI y compris l’Arabie saoudite, le Soudan, et d’autres « Se déclarant gravement préoccupée, en particulier par les tensions, provocations et incitations diverses concernant les Lieux saints de Jérusalem, notamment l’esplanade des Mosquées, et demandant à toutes les parties de faire preuve de retenue et de respecter le caractère sacré des Lieux saints… » Implique que l’administration israélienne de Jérusalem fait obstacle à la liberté de religion alors qu’il s’agit exactement du contraire : avant 1967, la Jordanie a détruit les sites sacrés juifs et empêché les Juifs d’y accéder, tandis que sous l’administration israélienne, toutes les confessions ont accès à la ville et jouissent de libertés entières. Utilisation d’un langage uniformément dur contre Israël qui n’est pas même employé pour des pays comme l’Iran. Adoption répétitive d’une résolution annuelle pour réagir aux lois de 1980, ou aux problèmes déjà abordés dans d’autres résolutions similaires, ce qui ne sert aucun but sinon celui de la diabolisation. Utilisation exclusive du terme islamique « Haram el-Sharif » en référence au Mont du Temple de Jérusalem, négligeant ainsi les religions et l’histoire chrétienne et juive.
« Le Golan syrien – A/71/L.8 »

Vote plénière:

{TBA}

27 pays de l’OCI y compris l’Arabie saoudite, le Soudan, et d’autres « Profondément préoccupée par le fait que, au mépris des résolutions du Conseil de sécurité sur la question et des siennes propres, Israël ne s’est pas retiré du Golan syrien occupé depuis 1967… » Fait double emploi avec A/C.4/71/L.15 sur le « Golan syrien occupé ». Oublieux des massacres génocidaires qui ont lieu en Syrie et ses implications sécuritaires pour Israël et les civils dans le Golan. Ignore la pluie d’obus lancés par la Syrie sur les communautés israéliennes, les appels des leaders syriens pour une « guerre d’anéantissement » contre Israël, et l’agression de la Syrie en 1967 qui a mené à sa perte de territoire.

Author

unwatch

Related Posts