CH07. VALPARAÍSO (CHILE), 14/04/2015. Lilian Tintori, esposa del líder venezolano encarcelado Leopoldo López, muestra hoy 14 de abril de 2015, el proyecto de acuerdo (protesta formal) aprobado por el Congreso chileno en Valparaíso (Chile).Tintori busca respaldo contra el gobierno de Nicolás Maduro en Venezuela y denuncia la crisis política que se vive en su país. EFE/MARTÍN CONTRERAS

GENÈVE, le 12 Novembre 2015 – Une coalition de 50 militants des droit de l’homme vénézuéliens et internationaux dont Lilian Tintori, l’épouse de Leopoldo Lopez, chef de l’opposition emprisonné, a envoyé aujourd’hui un appel (voir texte ci-dessous) à tous les ambassadeurs de l’ONU à Genève, les exhortant à ne pas participer à la session spéciale du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU (CDH) du 13 Novembre, qui a au programme un discours du président vénézuélien, Nicolas Maduro.

(Pour la déclaration de UN Watch expliquant pourquoi cette réunion spéciale du CDH de Nicolas Maduro enfreint le mandat du CDH lui même, cliquez ici.)

“C’est un régime qui jette le leader de l’opposition en prison, qui brutalise les dissidents et les manifestants étudiants, et qui, paradoxalement, interdit de séjour aux enquêteurs des droits de l’homme du CDH lui même», a déclaré Hillel Neuer, , directeur exécutif de l’organisation non-gouvernementale de l’ONU des droits de l’homme, UN Watch, qui a lancé l’initiative.

«L’ONU ne devrait pas avoir élu le Venezuela au CDH il y a deux semaines, il n’aurait pas dû récompenser Maduro en lui offrant un podium mondial où aucune voix dissidente ne sera autorisée”, a ajouté Hillel Neuer.

“Le CDH demandera t-il au mois, lors de l’apparition de Maduro, qu’il réexamine le refus par son gouvernement des visites demandées au cours de la dernière décennie par l’expert du CDH sur la torture, l’expert sur le droit à la liberté d’opinion et d’expression, l’expert sur les exécutions extrajudiciaires, l’expert sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, l’expert sur l’indépendance des juges et des avocats, l’expert sur la liberté d’association et de réunion, les experts sur la détention arbitraire et l’expert sur la violence contre les femmes? “

_________

Appel commun aux États membres de l’ONU pour ne pas assister au discours prononcé au CDH par le Président du Venezuela Nicolas Maduro

11 Novembre 2015

Excellence,

Nous, soussignées les victimes, familles des victimes, militants des droits humains et des organisations non-gouvernementales, appelons votre gouvernement à faire preuve de solidarité avec les victimes des violations du droits de l’homme, grossières, systématiques et généralisées du gouvernement vénézuélien, en choisissant de ne pas assister à la réunion spéciale du Conseil des droits de l’homme qui a été convoquée pour ce jeudi 12 Novembre pour entendre une allocution du Président Nicolas Maduro.

Comme vous le savez, contrairement à toutes les autres sessions du Conseil des droits de l’homme, le format de la réunion spéciale demandée par le Venezuela est telle que seul le Président Maduro parlera, alors qu’aucune autre voix ne sera entendue, ni celle d’un gouvernement, ni celle de la société civile.

Nous sommes reconnaissants envers les objections qui ont été faites par certains membres du bureau du CDH, comme c’est noté dans le procès verbal de la 6ème réunion de novembre, et de leur reconnaissance du fait – à la lumière des élections imminentes au Venezuela – que cette réunion spéciale peut donner lieu à des perceptions négatives.   

La crainte de perceptions négatives au cours de cette réunion spéciale est aggravée par le caractère extrême de l’oppression permanente par le Venezuela de son peuple, et par le refus du Venezuela – en dépit de son statut de membre élu du Conseil de droits de l’homme, et qui vient d’être réélu – d’accepter les missions d’enquête par les experts spéciaux des droits de l’homme du Conseil lui-même. 

Liste des visites demandées par les experts du CDH rejetées par le Venezuela :

  • Rapporteur spécial sur le droit à la liberté d’opinion et d’expression Visite demandée en 2003; réitérée en 2009.
  • Rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, 
    visite sollicitée en Novembre 2006; rappel en 2008.                                
  • Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits humains visite demandée en 2007; rappels en 2008, 2010, et le 3 Février 2015.               
  • Rapporteur spécial sur l’indépendance des juges et des avocats Visite demandée en 2011, rappel le 27 Mars ici 2014.
  • Rapporteur spécial sur la liberté d’association et de réunion Visite demandée le 23 Septembre 2011; rappel le 30 Octobre 2013.
  • Groupe de travail sur la détention arbitraire Visite demandée le 13 mai 2011; rappels du 6 Août 2013 et 15 Septembre 2014.
  • Rapporteur spécial sur la violence contre les femmes séjour demandé le 1er Mars 1 2012.
  • Rapporteur spécial sur la torture, visite demandée en 2013.
  • Groupe de travail sur les affaires et Droits de l’homme Visite demandée le 19 Décembre 2014.

En conséquence, nous demandons instamment à votre gouvernement de ne pas assister à la réunion spéciale du CDH du jeudi 13 Novembre, et de ne pas légitimer le bilan des abus du gouvernement Maduro.  

Merci de votre considération. 

Cordialement,

Les victimes et les familles des victimes du Venezuela

Lilian Tintori, épouse du prisonnier politique et chef de l’opposition, Leopoldo López

Mitzy Capriles, épouse du maire de de Caracas en prison, Antonio Ledezma, prisonnier politique

Julieta López, tante du prisonnier politique et chef de l’opposition Leopoldo López

Juan Rodriguez, blessé lors d’une manifestation, aujourd’hui en exil

Les militants vénézuéliens et des organisations non-gouvernementales

Eusebio Costa, leader étudiant, Président de Renovatio, membre du camp de protestation à Las Mercedes

Tamara Suju Roa, Directeur exécutif, Observatorio de Derechos Humanos del Instituto Casla

Maria Alejandra Alvarez, coordinateur, Iniciativa Por Venezuela

Maite Macias, porte-parole, Nuestra Voz

Fundepro,  Venezuela

Fundeci,  Venezuela

Red de Apoyo Derechos Humanos Vente Venezuela

Justicia Y Proceso Venezuela

Federación Interamericana De Abogados, Venezuela

Venezuela Union Society, Venezuela

Mission Canadienne Internationale des Droits de l’Homme, Venezuela

Justicia y Libertad

Asociacion De Profesores De La Universidad Simon Bolivar

Centro De Paz Y Derechos Humanos De Universidad Central de Venezuela

Caracas organizada

Centro Popular de formación Ciudadana

Cruzada Para La Libertad De Los Presos Politicos En Venezuela

Funpaz,  Venezuela

Ventana A La Libertad, au Venezuela

Centro Lationamericano Para La No Violencia, Venezuela

Raquel Povchol, président, Dialogo Por Venezuela

José Javier Martínez, Coordinateur de la Jeunesse, VENTE Venezuela

Josefina Díaz, Tricolor Vienne

Patricia Wallis, SOS Venezuela Belgique

Jose Manuel Pinto, Multicultureel Viva Venezuela 

Ibelice Engelhardt, Multicultureel Viva Venezuela

Aneleygmar Rosales, Président Centre étudiant, Université Humboldt, Venezuela

Alejandro Conejero, vice-président de la Fédération des centres universitaires, Université Simón Bolívar, Venezuela

Fabio Valentini, Conseiller Université, Universidad Catolica Andrés Bello (UCAB), le Venezuela

Jorge Osuna, Conseiller Université, UCAB, le Venezuela

Oliver López, conseiller de l’Université, Université Santa Maria, Venezue

Diego Serboni, Univesity Conseiller, Université Santa Maria, Venezuela

Les ONG internationales

Hillel Neuer, directeur exécutif, United Nations Watch

Carlos Ponce, directeur pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Freedom House

Christian Scharling, président, Fédération internationale de la jeunesse libérale

Thor Halvorssen, président, Fondation droits de l’homme

Yuri Dzhibladze, président, Centre pour le développement de la démocratie et les droits

Jakub Klepal, Directeur exécutif, Fondation Forum 2000

Yang Jianli, président, Initiatives pour la Chine / Pouvoir du citoyen en Chine

John Suarez, secrétaire international, Direction démocratique cubaine

Sylvia G. Iriondo, présidente du mouvement des mères et des femmes contre la répression (MAR Por Cuba)

Nataly Mariñan, Directora Ejecutiva, Libres

Irving Cordero, coordonnatrice, Diálogos sobre la libertad

Gabriel C. Salvia, directeur général, Centro para la Apertura y el Desarrollo de América Latina

Organisation internationale pour l’assistance aux victimes

Juan Jose Diaz Quintana, coordonnateur général, Réseau des jeunes latino-américaine pour la démocratie

Micaela Hierro Dori, président, Centro de Investigación y Capacitación de Emprendedores Sociales

Roberlay Rodriguez Caraballo, Movimiento Deportivo Comunitario Salud sociale

Lic. Cesar Ivan Mendoza Regal, Coordinador général, Plataforma Social Juventud Activa Cubana Cuba Unida

María de Lourdes Mariño Fernández, Mesa de Dialogo de la Juventud Cubana

Adapté par l’Observatoire du Moyen Orient

Author

unwatch

Related Posts